• Arts & Jeux
    dans la relation d'aide
    et le soin

    Formations professionnelles
    Secteurs médical, médico-social et éducatif

Les Arts de la Rencontre propose de :

  • Partager son expertise dans l’utilisation de l’Art et du jeu dans une visée de soin
  • Apporter des outils simples et concrets pour favoriser la rencontre dans le cadre de la relation soignante ou la relation d’aide.
  • Contribuer à la réflexion sur les pratiques du soin et de l’accompagnement
  • Développer les compétences relationnelles des professionnels-les, en développant des langages ludiques et poétiques.
  • Faciliter la collaboration des professionnels-les avec les artistes et Art-thérapeutes intervenant dans leurs institutions

 

Les Arts de la Rencontre est un projet initié par Étienne Andikian à la fois clown hospitalier, art-thérapeute et formateur.

Il est porté au sein d’une coopérative d’activité et d’emploi.

Formations professionnelles pour une relation d’aide et de soin ludique et créative.

Découvrir les formations

D’où vient « Les Arts de la Rencontre » ?

Il y a plusieurs réflexions au départ de ce projet, qui ont jalonnés depuis plus de 15 ans mon parcours d’intervenant dans des institutions en tant qu’animateur d’ateliers artistiques, art-thérapeute et formateur, des questions et des débats qu’il est important à mon sens de maintenir ouverts et vivants.

Qu’est-ce que le soin ? Peut-on soigner sans prendre soin ? La dentiste que j’ai rencontré enfant, a soigné mes dents mais ne m’a-t-elle pas éloignée, d’une certaine façon, pour longtemps des cabinets dentaires ?

Peut-on réellement comme on le dit souvent « laisser sa vie » dans le vestiaire et devenir juste un agent affecté à une tâche ? Peut-on réellement se couper d’une partie de soi, de ses affects, de ses émotions, de ses questionnements, de ses contradictions ? Est-ce souhaitable, utile, réaliste ?

Comment rencontrer l’autre ? Alors qu’il est lui-même fragilisé et que de surcroit je ne suis qu’une partie de moi-même ou que je maintiens une distance (qualifiée de professionnelle et/ou thérapeutique)?

A ces questions, qui se poseront tant que l’humanité existera, je prends le parti d’y répondre par des hypothèses forcément provisoires et heureusement sujettes à discussions, celles qui sous-tendaient déjà mon travail lors de mon expérience d’art-thérapie dans un service d’urgence pédiatrique, et qui me conduisent à créer « Les Arts de la Rencontre » et les offres de formations qui je l’espère vous inspirerons :

On grandit d’une épreuve (la maladie, l’hospitalisation, le placement en institution) si l’on peut puiser dans ses propres ressources pour la traverser.

 Le rôle du soignant (accompagnant) est alors de donner les moyens de le faire, d’accepter qu’il n’a qu’une partie des réponses. Même un grand prématuré a des ressources pour se réconforter lui-même (mais il a parfois besoin d’un petit coup de main).

Il y a l’acte de soigner ou d’accompagner, mais l’essence du soin c’est la relation entre des humains (ce que défend avec passion Walter Hesbeen, notamment). Si je veux prendre soin de l’autre, pour qu’il/elle puisse investir sa place dans le soin, il y a un langage commun à inventer, créer, chercher…

L’art et le jeu produisent des effets relationnels et peuvent être des outils pertinents pour cela. Des modes d’expressions ludiques et poétiques engageant le corps et l’esprit, l’imaginaire et les émotions.

L’art et le jeu ouvrent des espace/temps particuliers où mes affects peuvent exister sans créer de danger ni pour moi, ni pour l’autre. Les parenthèses qui s’ouvrent à ces occasions peuvent être bénéfiques pour le soin, pour l’autre et pour mon bien-être au travail.

Il n’est pas nécessaire d’être un artiste chevronné, un animateur ou un art-thérapeute diplômé pour investir des outils artistiques et/ou ludiques. Il faut juste le vouloir et oser.

Des outils et des techniques simples peuvent permettre de facilité cela, c’est tout l’objet et les enjeux auxquels tentent de répondre ces formations.

 

Étienne Andikian